Le plaisir d’un espace aéré

 

Lors de mes conférences, j’évoque à travers de nombreux exemples, mon passé de bordélique reconvertie. J’explique en particulier le bien-être que je ressentais, lorsque, au cours de mes déplacements professionnels, je prenais possession de… ma chambre d’hôtel. Peut-être avez-vous déjà ressenti cette sensation très agréable en entrant dans une chambre d’hôtel. Dans mon cas, peu importait la catégorie de l’établissement, mon plaisir était toujours identique.

 

Repos difficile dans un intérieur encombré

 

Aujourd’hui, je comprends que ces bulles d’espace me permettaient de me ressourcer quelques heures avant d’entamer une journée de travail. Je retrouvais ensuite mon intérieur encombré qui ne remplissait plus sa fonction première de cocon protecteur et ne me permettait pas alors de me reposer véritablement.

 

Se sentir bien chez soi

 

Cela se déroulait bien entendu avant le processus de désencombrement. Depuis plus d’un an à présent, mon compagnon et moi-même vivons dans un intérieur désencombré. Les 6 premiers mois, lorsque je poussais la porte d’entrée, un sentiment de bien-être m’envahissait, identique à celui ressenti lors de mon entrée dans une chambre d’hôtel. Ainsi chaque jour, j’envoie à mon cerveau et je vis émotionnellement le message suivant « qu’est-ce qu’on est bien ici ! ».

 

 

L’épigénétique : un comportement déjà prévu d’avance ?

 

Je voudrais introduire ici la notion d’épigénétique. Depuis les travaux précurseurs de Conrad Hal Waddington sur le sujet, de nombreux programmes de recherche ont vu le jour au cours des 20 dernières années. Aujourd’hui Bruce Lipton, Joël de Rosnay et d’autres chercheurs œuvrent, par leurs écrits et leurs interventions, pour une démocratisation de cette notion révolutionnaire.

En effet, jusqu’à ces dernières années, il était majoritairement considéré que l’ADN constituait notre capital génétique et que le comportement d’un être humain (ou d’un animal) était largement prédéfini à sa naissance, laissant une marge de manœuvre relativement faible quant à son évolution.

 

Votre comportement modifie les traces de vos gènes

 

L’épigénétique bouscule ces connaissances. Elle se définit comme la possibilité de moduler l’expression de vos gènes par votre comportement. C’est une responsabilisation de vous-même face à votre corps, votre environnement et face à la société dans laquelle vous vivez.

 

5 manières d’améliorer votre bien-être

 

Ainsi, vous obtiendrez un impact positif sur votre état de bien-être en étant vigilant dans 5 domaines de votre vie :

  • L’alimentation
  • La pratique d’exercices physiques
  • La gestion du stress
  • Le fait de prendre du plaisir à ce que nous faisons
  • En vous appuyant sur un réseau social plus solide

 

Si vous passez 10 minutes à chercher vos clés tous les matins, vous ressentez du stress.

 

L’épigénétique montre qu’il est important, voire crucial d’apporter des messages positifs à votre cerveau. Vos pensées ont un impact sur les stimulis dirigés vers vos cellules qui reçoivent ces messages grâce à des capteurs présents sur votre membrane cellulaire. Ces capteurs vont répercuter ce message au noyau de la cellule qui active ou non certains gènes au regard du stimuli reçu. Ainsi, si vous passez 10 minutes tous les matins à chercher vos clés ou votre chemise bleue, vous entrez en phase de stress.

Je dis donc je suis ?

 

Répétés plusieurs fois par jour, ces messages ont peu à peu un impact sur votre mental, sur vos émotions et donc à terme sur l’expression des gènes présents dans chacune de vos cellules : « je suis vraiment trop nul.le, je ne suis pas capable de ranger mes clés » ou encore « Holala, mais ils sont périmés ces steaks, mais je suis vraiment trop bête, à chaque fois c’est la même chose ». La liste peut être longue de ces messages quotidiens agressifs envers nous-mêmes que nous nous adressons à de multiples reprises dans la journée.

 

Modifiez vos pensées et vos comportements, rien n’est figé !

 

L’épigénétique explique l’impact négatif que ces déclencheurs de stress réguliers ont quant aux gènes activés dans vos cellules jusqu’à ce que peu à peu notre organisme en pâtisse. Les études montrent également que tout n’est pas irréversible et qu’il est possible de fermer l’expression de gènes néfastes en activant des gènes serviables pour l’organisme en modifiant nos pensées et nos comportements.

Agissez là où vous le pouvez : chez vous !

 

Il n’est pas toujours facile de modifier notre environnement professionnel ou social qui peuvent être générateurs de stress, mais nous pouvons avoir la main sur l’intérieur de notre maison. En créant une petite bulle de bien-être et de légèreté pour nous ressourcer chaque soir, nous offrons (à peu de frais) une cure de repos à notre cerveau qui peu à peu enverra à nos cellules les stimuli qui activeront des gènes serviables à notre corps et plus largement à notre équilibre interne.

C’est la raison pour laquelle le désencombrement va plus loin que la simple « sortie d’objets de la maison » et impacte tant votre bien-être à long terme.

Retrouvez la vidéo de la chronique “génétique et rangement” enregistrée en live sur Osmose Radio

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer